Grand Trail du Limousin (58 kms) et Trail des voleurs de temps (32 Kms) 2


Sous un soleil radieux, dans une ambiance festive, Bruno et Daniel se sont lancés dans cette aventure de 58 kms.

Blessés, Jean-Marc et David ont participé (en VTT) à cette épreuve en encourageant  sur tout le parcours et pendant 8 heures,  l’avancée de ces deux forçats.

Bruno a terminé 371ème  (61ème de sa catégorie) en 8h37mn37″ .

Daniel le suis de près , 399ème  (71ème de sa catégorie) en 8h54mn25″ .

Malgré le peu d’entraînement Bruno a terminé presque en sifflotant, Daniel a bien géré sa course pour terminer sans casse.

Bruno au 50ème !

3F9A3298 3F9A3299

Suivi par Daniel  ..

3F9A3308 3F9A3310

Lou accompagnant fièrement son papa à l’arrivée.

3F9A3330 3F9A3331

 

Lilas et Jeanne ont soutenu sur les deux dernières kilomètres leur papa qui désormais va pouvoir nous en compter.

3F9A3354 3F9A3356

 

Plus modestement, Alain avait préféré parcourir le  32 kms en gérant sa course pour arriver sans bobos.

3h 45mn 50  » , 1124èe et 55ème dans sa catégorie !

 

3F9A3281

 

Mais n’oublions pas Véronique, qui frustrée de ne pouvoir prendre le départ, s’est lancée dans l’après-midi à la rencontre de Bruno et Daniel pour parcourir près de 20 kms ! De source bien informée, elle a shunté ce trail pour miser toute sa préparation sur le marathon de Tours..

 

.     Modeste hommage  par Jean-Marc !

 


Leave a Comment

2 thoughts on “Grand Trail du Limousin (58 kms) et Trail des voleurs de temps (32 Kms)

  • Daniel DUFRESNE

    Quand vous vous inscrivez, vous vous dites que c’est faisable: c’est plus long qu’un marathon, mais c’est du trail donc moins « cassant » pour les jambes, il n’y a pas l’obsession du chrono… Vous faites donc votre préparation à peu près normalement (en ce qui me concerne avec de temps en temps Alain et David) puis l’échéance arrive et … vous faites l’erreur de regarder la video de l’année précédente!
    Et là c’est un peu moins rassurant et vous n’êtes plus sûr de rien. Les bobos au dos, au genou (…) se réveillent… bref le stress monte.
    Arrive le départ qui est magique à Ambazac avec les gendarmes à cheval qui ouvrent la route et le starter qui saute en parachute de l’hélico devant nous et qui donne le départ dès qu’il touche le sol! (Pour « Au Nom de la Louère » nous aurons les chevaux mais pas encore le parachutiste!).
    Après un petit kilomètre et les applaudissements du public, ça y est le trail est vraiment lancé et les premières difficultés arrivent vite. Jusqu’au 15ème km, tout va bien et je vais à mon rythme. La super équipe « d’assistance technique », composée de Jean-Marc et David, est là à différents points de passage et sera d’une grande aide pour le moral.
    Après 15 km, ça se gâte sérieusement au niveau des jambes: il faut dire que les montées et les descentes deviennent de plus en plus longues et de plus en plus pentues: je hais les descentes raides! A partir de ce moment, le doute s’installe, il reste en effet 35/40 km à faire (soit plus de 6 heures) et je ne suis pas sûr d’y arriver. Je me fixe des petits objectifs intermédiaires: garder toutes les heures une avance sur la barrière horaire éliminatoire, je pense à tous ceux qui m’ont envoyé des messages de soutien, à mes cousins qui font la fête… Et puis petit à petit les jambes me font moins mal (merci M Doliprane et Manou qui m’a dit d’en emporter), le km 30 est atteint et la mi-course est passée, bref je me dis que c’est possible. A partir de ce 30ème km, je suis fatigué mais je prends finalement plus de plaisir. David et Jean-Marc sont toujours là pour m’encourager et me ravitailler avec un morceau de gâteau sport (fait maison!). La barrière mythique des 42 km est franchie, je n’ai jamais autant couru de ma vie. Au 50ème km, j’ai la très agréable surprise d’être encouragé par notre groupe de supporters: Manou, Lydie, Isabelle …. et Alain qui après son brillant 32 km a déjà repris son appareil photo pour mitrailler.
    Ensuite, c’est Véro qui me rejoint et qui va m’accompagner sur les 7/8 derniers km. Sauf accident je me dis que je vais aller au bout et c’est assez grisant, mais attention à la fatigue.
    Et puis à 2 km de l’arrivée, c’est Jeanne & Lilas qui sont là pour m’accompagner. Elles m’ont même préparé une petite chanson.
    Ensuite c’est que du bonheur, avec à 800 m de l’arrivée la montée des marches; pas celles de Cannes ….mais celles d’Ambazac avec toute la foule qui crie, encourage et applaudit de chaque côté c’est pareil! Cela vous porte et c’est un grand moment d’émotion.
    Et voilà vous êtes au bout, heureux tout simplement: finalement 8 h 54′ c’est pas si long!

    Un grand merci à toute la dream team qui a participé à cette belle aventure: Manou, Lilas, Jeanne, Lydie & David, Véro & Jean-Marc, Marie-France, Isabelle, Louise & Max, Lou et mes 2 compagnons de course Alain & Bruno.